19 mai 2014

Le nez sec....

Avoir le nez qui coule, c’est désagréable. Mais un nez trop sec, ce n’est pas mieux! Cela peut même devenir une vraie gêne, dont il faut s’occuper.

 

 

Le nez doit être humecté

Une truffe mouillée, c’est signe de bonne santé. C’est ce qu’on dit quand notre toutou préféré pose la sienne sur nos genoux… Chez l’homme aussi, le nez doit être humecté pour bien fonctionner. Un nez qui chatouille, qu’on tripote, fronce ou grattouille est souvent un nez sec.
Tant que la sécheresse est modérée, c’est juste gênant. Mais au fil du temps, la situation peut se compliquer : crevasses, croûtes, petits saignements… Pas de panique, ce ne sont pas des hémorragies, mais le nez est douloureux et l’air circule mal. Et on peut y remédier.

Responsables : les poussières et certains médicaments

  • La climatisation dans les bureaux et l’air pressurisé en avion assèchent la muqueuse nasale. La cigarette, qui diminue aussi l’irrigation de cette muqueuse, a le même effet. Tout comme le sable, la chaleur et la poussière lors d’une promenade un jour de grand vent.
  • Vous souffrez du rhume des foins ? Sachez que les allergies respiratoires et leurs traitements (antihistaminiques, corticoïdes locaux) accentuent le risque de sécheresse.
  • Les médicaments anticholinergiques, pris sur de longues périodes, peuvent entraîner une sécheresse au niveau des muqueuses : bronchodilatateurs, antiparkinsoniens, médicaments contre l’incontinence, antiarythmiques… Idem pour certains antihypertenseurs. Des petits moyens peuvent aider. Si ça persiste, il faut consulter.

On évite…

Les gouttes qui débouchent le nez. Quand il est sec, celui-ci peut sembler bouché même si aucune sécrétion ne l’encombre. La tentation est grande, alors, d’utiliser un vasoconstricteur qui donne rapidement une sensation de respiration plus aisée. Mais ce type de médicament tend à augmenter la sécheresse nasale. C’est donc un cercle vicieux !
La vaseline. Se remplir le nez de cette pâte grasse n’est pas la meilleure solution !

 

On fait plutôt…

Des lavages du nez à l’eau de mer ou au sérum physiologique. Ils humidifient légèrement la muqueuse et nettoient le nez. Évitez toutefois les solutions hypertoniques qui peuvent être irritantes à la longue.
Une cure de boissons. Avant un long trajet en avion ou dans un environnement sec, hydratez-vous le plus possible en buvant de l’eau.
Une application de produits huileux à ­l’entrée des narines. Ces remèdes de grand-mère (Balsamorhinol®, Huile goménolée®) protègent la muqueuse et l’empêchent de se dessécher. Un produit plus récent, à base d’huile de sésame (GeloSitin®) à pulvériser, assure une protection durable. Il est plus pratique et confortable, car il ne coule pas.

Un filtre naturel à protéger

10 000 litres d’air passent chaque jour par notre nez !
La muqueuse joue un rôle essentiel dans la protection des voies respiratoires : elle réchauffe l’air, l’humidifie, le filtre. En effet, elle produit un mucus qui piège les impuretés (poussières, microbes…). Les cils des cellules peuvent ensuite les évacuer vers l’extérieur. Lorsque le nez est sec, il est moins efficace…

Notre expert
Dr Maurice Rotenberg, ORL aux Hôpitaux de Pari

Posté par solang7 à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 février 2014

En cas d'allergie oculaire

L’allergie oculaire traduit une intolérance face à un élément allergène. Le traitement est le plus souvent purement local en cas de symptômes oculaires isolés. L’allergène en cause est plus facile à identifier et à éliminer en cas d’allergie saisonnière. Par contre, pour les allergies non saisonnières, un changement radical dans les habitudes quotidiennes s’avère nécessaire pour éviter les complications vers les formes allergiques graves, comme les allergies accompagnées de crises d’asthme sévères.

Que faire en cas d’allergie oculaire ?

L’allergie oculaire se manifeste essentiellement par une conjonctivite. Il s’agit d’une inflammation de la tunique externe de l’œil (la conjonctive) qui prend alors un aspect oedématié et gélatineux. La conjonctivite peut être accompagnée de larmoiement et de démangeaison oculaire. En plus, la vision peut être perturbée lorsque la conjonctivite est très prononcée. 

Traitement local

Lorsque la manifestation allergique est purement oculaire, un traitement local est généralement suffisant pour stopper la réaction. Une fois que l’origine allergique de la conjonctivite est affirmée par le médecin, des antihistaminiques seront alors prescrits. Ces derniers permettent de réduire les effets de la réaction allergique provoquée par l’histamine. D’autres médicaments seront prescrits pour empêcher les cellules mastocytaires de libérer davantage d’histamine. Ensuite, des lavages oculaires par des larmes artificielles ou du sérum physiologique permet de nettoyer la conjonctive, mais permet également de soulager la gêne oculaire. 

Éviter les facteurs allergisants

L’éviction des facteurs allergisants est la seule et unique prévention pour prévenir la répétition des crises. Ainsi, il est nécessaire d’identifier l’allergène en cause. En cas d’allergie saisonnière, on incrimine le plus souvent certaines plantes herbacées comme l’oseille, la pâquerette, le pissenlit ou le plantain. Certains arbres peuvent également être à l’origine de réaction allergique comme le noisetier, le chêne et le bouleau. Il faut donc éviter les promenades dans la nature lorsqu’il fait chaud, que l’air est sec et surtout lorsqu’il vente. En pratique également, il faut éviter les travaux de jardinage. 

La conjonctivite allergique non saisonnière

Une attention particulière est accordée aux allergies non saisonnières puisqu’elles sont le plus souvent provoqués par non pas un seul mais plusieurs allergènes différents comme les acariens, la moisissure et l’humidité. Il existe quelques astuces pratiques qui permettent de se simplifier la vie par rapport aux allergies saisonnières. 

Mesures de préventions pratiques

Il est très important d’entretenir une hygiène rigoureuse de tout le linge de maison (literie, rideaux, housses de canapé…). Il existe désormais de nombreuses housses et couettes anti-allergisantes lavables à la machine. Un dépoussiérage quotidien est nécessaire, et l’utilisation de l’aspirateur à la place du balai est fortement conseillée. Par ailleurs, les revêtements comme les moquettes sont à éviter chez les personnes allergiques puisqu’ils constituent des nids à microbes par excellence. On n’oubliera pas d’aérer tous les jours chaque chambre pendant au moins un quart d’heure, et de préférence aux heures d’ensoleillement. Les moisissures prolifèrent dans les endroits chauds et humides. La prévention consiste donc également à entretenir une température moyenne de 16-18°C dans la maison, mais également à nettoyer scrupuleusement tous les nids à microbes éventuels : les poubelles, les recoins de la salle de bains et le réfrigérateur. Pour lutter contre les moisissures dans les recoins humides, il suffit de préparer une solution à base d’eau de javel, d’eau (jusqu’à 4 mesures) et de liquide vaisselle. Au niveau de la cuisine, l’utilisation d’une hotte aspirante est recommandée pour éliminer au plus vite l’humidité dégagée par les vapeurs de cuisson. Par ailleurs, un point essentiel consiste également à entretenir correctement ses lentilles et à éviter de se toucher les yeux avec les mains sales. 

Les pièges à éviter

La conjonctivite peut être la manifestation d’autres pathologies nécessitant une prise en charge plus sérieuse comme une infection oculaire bactérienne. C’est pourquoi, il est nécessaire de consulter un médecin en cas d’écoulement oculaire purulent qui y est associé ou en cas de symptôme laryngé et respiratoire. 

Les nouvelles voies de la médecine

La technique de la désensibilisation n’est recommandée que pour les formes graves d’allergie. Cette technique consiste à identifier l’allergène en cause par des tests cutanés inoffensifs. On exposera ensuite le sujet à une dose infinitésimale de cet allergène durant une période de temps variable, afin d’habituer le système immunitaire à le reconnaître et à l’accepter. Les résultats ne sont obtenus qu’après un long processus. Par ailleurs, tant que l’allergie est facilement maîtrisée, la désensibilisation n’est pas indispensable. 


Okay 
http://www.pipelette.com/images-source/traitement-de-allergie-oculaire.jpg

Posté par solang7 à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,