images (26)

 


Bannir                          Comment se motiver pour faire les choses !?


Il y a peu, je vous parlai de motiver vos proches à faire les "corvées".
Et vous, alors? Comment faire pourvous motiver à attaquer de façon régulière ces tâches peu stimulantes? Comme je n’ai pas encore signé de partenariat avec une marque prestigieuse de chocolat (ni de bijoux, ni de gadgets high tech d’ailleurs), il va falloir trouver autre chose pour vous motiver.
Imaginons que vous vous ennuyiez d’avance à l’idée de trier vos papiers. Cela vous fatigue, vous agace.  Mais une autre personne, à votre place, n’éprouverait pas ces sensations et ne se dirait pas la même chose que vous.
Tenez, moi, par exemple, devant un tas de papiers, je me sens comme un randonneur devant une montagne: je me suis dit que je la gravirais, je m’y mets. Je ne me pose pas de questions et je m’applique. Jusqu’au bout. Jusqu’en haut, donc, si je continue à faire le parallèle avec la montagne.
(N.B: je ne choisis pas l’Annapurna, non plus: je connais mes limites. Et oui, j’ai parfois envie de laisser tomber mais… et mon sommet, alors?).
Quelle est la différence entre nous? Pas la volonté. Pas la discipline. Simplement le discours intérieur que nous nous tenons.
Plus vous y pensez, à cette fichue corvée, plus vous vous parlez, … plus vous allez éviter la tâche à faire.
Pire, vous étendez votre stratégie d’évitement à d’autres situations qui y ressemblent.
Bientôt, courrier = vaisselle = rangement = repassage …. avec un point commun: vous éprouvez de l’ennui dans ces situations. Et vous le formulez, au moins dans votre tête.
Vous savez ce qui vous est arrivé? Vous vous êtes conditionné à procrastiner en vous disant tout le temps les mêmes choses! (Lisez donc ces articles pour en savoir plus sur le sujet)
Voici un exercice que je vous propose pour court-circuiter ce cercle vicieux:
 
Vous connaissez certainement l’adage:
L’appétit vient en mangeant. 
Je vous propose de vous répéter en boucle, à chaque fois que vous renâclez devant une corvée:
De même que l’appétit vient en mangeant, 
la motivation vient en faisant
(Vous avez toujours votre cahier? C’est pour noter la formule)Je vous entends ricaner d’ici. Mais Laurence, c’est bien ça, le problème! Je ne veux/peux/n’ai pas envie de m’y mettre!
Dans ce cas, laissez-moi vous rappeler quelque chose que vous avez déjà vécu.
Souvenez-vous… vous étiez là, ronchonnant devant une pile de (au choix) vaisselle/courrier/jouets/vêtements… et tout à coup, pour une raison ou pour une autre, vous avez attaqué la pile.
Et que s’est-il  passé? Vous avez fini cette pile, vite et bien.
Même, si ça se trouve, en sifflotant (mais vous ne l’avoueriez à personne). Comme soulagé, ou simplement heureux de faire, absorbé(e) dans l’action.
Et certainement, une fois au bout, vous vous êtes dit "ce n’était pas si terrible" (mais ne l’avoueriez à personne, non plus).
En mettant le doigt dans l’engrenage (je démarre), vous avez poursuivi sans aucune autre motivation que de vouloir arriver au bout (montagne, montagne!).
Autrement dit, vous avez créé vous-même votre propre motivation.
Vous ne vous êtes rien dit de spécial à part un simple "allez, je m’y mets".
Vous y êtes? Vous n’avez pas besoin "d’avoir envie", "d’être motivé", "d’un coup de pied au ***", d’une contrainte (visite, déménagement…).
Vous avez juste besoin d’arrêter de penser
  • à comment démarrer,
  • dans quoi mettre les trucs,
  • avec quelle méthode idéale procéder,
  • à quel point vous n’avez pas envie de vous y coller…

 

Si vous êtes fatiguée démotivée......      Voila des conseils :