téléchargement (3)



Notre site est "confessionnel" dans le sens où il est chrétien, il n'est pas "confessionnel" dans le sens où il n'est ni soutenu ni dirigé par une "confession chrétienne" catholique, protestante ou orthodoxe particulière. Nous essayons d'avoir une approche "biblique" qui peut bénéficier à tout chrétien.Vous ne parlez pas des prêtres et du rôle du clergé?Notre approche se voulant biblique nous n'avons effectivement pas trouvé le mot prêtre dans les épîtres du Nouveau Testament, avec le sens que lui donne l'Eglise catholique romaine. Il y a toujours des problèmes lorsqu'on confronte nos croyances à ce que la Bible dit: Par exemple il faut, selon la Bible, que l'Evêque (Episcope Cf. palais épiscopal) soit mari d'une seule femme (1 Timothée 3.1); ce titre est égal à celui d'ancien (presbytre cf. presbytère) et donc à prêtre (Cf Tite 1.5-9). Dans la bible le mot prêtre se trouve avec un autre sens, celui de sacrificateur. Dans l'Ancien Testament c'est une classe séparée du peuple, issue seulement de la tribu de Lévi tandis que dans le Nouveau testament, c'est l'apanage de tous ceux qui se sont repentis de leurs péchés et qui ont accepté Jésus Christ comme seul Sauveur; c'est ce que le protestantisme a appelé le "sacerdoce universel" (Cf Ap 1.5) Je crois qu'une étude approfondie de la question vous apporterait beaucoup. Il faut faire une étude avec une concordance grecque (Vous connaissez peut être la concordance électronique Bible On line, que je vous recommande) et après comparer avec ce qu'on nous a enseigné ou que nous avons reçu traditionnellement. Je vous certifie que c'est un peu déstabilisant mais c'est aussi très enthousiasmant parce qu'on découvre, de façon sure, ce que Dieu nous dit dans sa Parole et, somme toutes, c'est à lui que nous devrons finalement rendre les comptes.Pourquoi ne parlez vous pas du sacrement de l'eucharistie?Peu de personnes savent ce que signifient des mots comme Messe ou eucharistie, et elles remplissent ces expressions d'une définition qui a évolué dans le temps mais qui parfois s'est éloigné de la signification biblique:
La messe? C'est normalement l'envoi en mission! 
L'eucharistie? C'est normalement "l'action de grâce"!
En grec le mot "Eucharist" n'est pas un nom, mais un verbe qui signifie : rendre grâces (remercier). La théologique catholique transpose ce verbe en nom ce qui n'est pas usuel grammaticalement. Ce verbe apparait de très nombreuses fois dans le Nouveau Testament, et dans des contextes variés. J'en ai trouvé cinquante cinq. En voici quelques-uns à titre exemple :
L'orgueilleux pharisien en Luc 18 :11 dit "je te rend grâces (eucharist) de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes... ". 
L'apôtre Paul en 1 Cor. 1 :4 dit "je rend grâces (eucharist) de ce que je n'ai baptisé personne". 
Aux Colossiens 3 :15 il dira "soyez reconnaissants (eucharist )". 
En Rom.14 :6 " celui qui mange de (tout) rend grâces (eucharist) à Dieu... ". "celui qui ne mange pas rend grâces (eucharist) à Dieu... ". 
En Actes 27 ;35, Paul et ses compagnons, ballottés dans la tempête depuis 15 jours prennent enfin de la nourriture, "il prit du pain et, après avoir rendu grâces (eucharist) à Dieu... il se mit à manger". 
Et pour terminer 1 Thess.5 :18 "rendez grâces (eucharist) en toutes choses car c'est la volonté de Dieu pour vous".
Si donc la Cène devait être appelée Eucharistie, avec la même logique on peut nommer "Eucharistie" tout ce qui ci-dessus se rapporte à l'action de grâces (eucharist).
Comment voulez-vous que je fasse des études bibliques avec cela? Comment voulez-vous que j'explique l'eucharistie, dans sa signification romaine, à partir de la Bible? Je ne m'en sors pas! Mon interprétation ne se veut pas catholique, protestante ou évangélique, mais biblique!
Le mot porteur de cette idée est inconnu de la Bible. On me dira peut-être que le mot Trinité n'est pas non plus dans la Bible. Trinité est un mot explicatif qui, de façon lumineuse, veut bien dire ce qu'il dit et qui ne se veut pas sacramentel. Tandis que le terme "eucharistie" n'exprime pas du tout le contenu qu'on lui prête et ne fait que semer la confusion dans les esprits.
Si on veut connaitre les origines de l'eucharistie, il suffit d'ouvrir le Robert qui nous conduit tout droit à ses origines et nous donne la date de naissance de l'usage du terme 1165, c'est à dire onze siècles après l'institution du Repas du Seigneur! Ce Repas du Seigneur, autrement dit la Sainte Cène est à l'institution chrétienne ce que l'eau de la rivière est à sa source, elle est pure. Onze siècles plus tard l'institution de "l'eucharistie" est bien différente! Le Petit Robert poursuit: "Les espèces (pain et vin) qui, selon la doctrine catholique (la Bible ne permet pas cette interprétation), contiennent substantiellement le corps, le sang, l'âme et la divinité de Jésus-Christ". L'Eucharistie est présentée comme un (faux) sacrifice réel, la Cène instituée par Jésus-Christ est d'abord un mémorial : "Faites ceci en mémoire de moi".
Qu'est-ce que la communion des saints?L'expression "la communion des saints" est parfois mal comprise. Certes le terme est exact et même biblique. On le retrouve dans le Symbole des Apôtres : "Je crois en Dieu... je crois en la communion des saints" A l'origine, cette partie du Credo était comprise dans son sens biblique. Les saints ne sont pas des êtres exceptionnels, béatifiés par les hommes après leur mort. Ce sont des pécheurs pardonnés et rachetés par le sang de Jésus-Christ, qui sont devenus enfants de Dieu par la conversion à Jésus-Christ, que le Christ a revêtu de sa sainteté, qui ont déjà en eux la vie éternelle, qui sont membres de sa famille, qui sont nés de nouveau par le Saint Esprit et non par la "magie" du sacrement. Les saints, cela va de soi, ce sont aussi ceux qui au cours des siècles passés ont fait la même expérience et sont déjà là-Haut, vivant conscients dans la présence du Seigneur et attendant comme nous la dernière phase du salut, la rédemption de leur corps. Ceci est, en résumé, le sens que donne la Bible au mot "saints". Paul, le grand docteur de l'Eglise n'en parle pas autrement. Mais comment voit-il la communion des saints au moment du repas du Seigneur ? Y introduit-il la notion d'une communion faite de communication, de présence, de lien, d'échange, d'invocation, de fraternité active avec ceux qui, "endormis dans le Seigneur" quant à leur corps, sont déjà dans la gloire quant à leur esprit ? Jamais! Le seul nom qu'il y introduit et qu'il invoque et évoque, c'est celui du Seigneur. Pour lui la communion des saints sur cette terre se fait à l'horizontale et non à la verticale selon ce qu'il en dit :
Phil 1.1: "Paul... à tous les saints qui sont à Philippe" (et non qui étaient) 
Eph 1.1: Paul... aux saints qui sont en Jésus-Christ (et non qui étaient) etc... 
et non pas avec les esprits des morts, même bienheureux. C'est tout simplement la communion (l'attachement, le lien, l'aide, l'échange, la réciprocité, la fraternité, l'union), dans le présent qui s'exprime, lors du Repas du Seigneur (Cène) pris ensemble. Il n'y avait pas de Saints qui puissent mieux se comprendre et s'aimer que Saint Paul et Saint Etienne le premier martyr chrétien. Paul était la cause de la mort d'Etienne et le témoignage de ce dernier a été une des causes sinon la cause de la conversion de Paul. Mais Paul n'a jamais invoqué Etienne qu'il avait fait exécuter. Il a certainement pensé à lui des milliers de fois, il a rappelé leur rencontre par écrit, mais il n'a jamais nommément concélébré la Cène avec lui, ni enseigné de le faire avec quelqu'un d'autre.




Extrait sur site info-bible( point) org